Pub
Pub
Pub
Pub
S'abonner à la newsletter
Pub
Pub
Pub
Pub

vendredi 19 avril

Journée nationale du fromage : le géromé, le munster des Vosges

0 commentaire

0

Écouter cet article

(Photographie Wikipedia.org)

Ce mercredi 27 mars est synonyme, comme depuis 2001, de Journée nationale du fromage. L’occasion de donner un coup de projecteur sur le géromé, alias le munster des Vosges.

Les 2 fromages sont en effet similaires, autant au niveau gustatif qu’au niveau de leur aspect orangé. Le munster désignant traditionnellement le pendant alsacien, tandis que le géromé est quant à lui le pendant vosgien. L’étymologie de « Géromé » étant ni plus ni moins que le nom dialectal de Gérardmer. La similitude est telle que l’Appellation d’Origine Contrôlée – AOC – depuis 1969, comme l’Appellation d’Origine Protégée – AOP – depuis 1996, rassemblent les 2 dénominations.

Le « munster-géromé » AOC et AOP, un fromage à pâte molle et à croûte lavée, est fabriqué avec du lait cru et frais de race vosgienne, qui sont conduites dans une région principalement herbagère. « Son goût est directement influencé par la richesse des arômes du lait des prairies vosgiennes. En bouche, il est moins fort qu’il n’y paraît et reste fin » précise le ministère de l’Agriculture sur son site internet, sur la page dédiée au munster-géromé.

L’origine – monastique – du munster-géromé remonterait au XIVe siècle, lorsqu’il a été fabriqué pour la première fois. « Sa notoriété est nécessairement indissociable des fondateurs de la ville de Munster, moines venus d’Irlande ou d’Ecosse au VIIe siècle qui encouragèrent l’élevage du bétail sur les montagnes pauvres du versant alsacien des Vosges, ainsi que la production des laitages. A l’époque, la région qui produisait un beurre délicieux était réputée pour sa production d’un fromage gras au lait entier, à pâte souple et crémeuse et à l’odeur persistante que l’on appelait munster » précise également le ministère de l’Agriculture.

Et même si la saison du munster-géromé s’étend de juin à novembre, beaucoup de ses amateurs le dégustent en hiver et au printemps. Que ce soit fondu sur des pommes de terre, dans une quiche, une tourte ou des omelettes !

J.J.

Fromage

Géromé

Journée nationale du fromage

Munster-Géromé

(Photographie Wikipedia.org)

Ce mercredi 27 mars est synonyme, comme depuis 2001, de Journée nationale du fromage. L’occasion de donner un coup de projecteur sur le géromé, alias le munster des Vosges.

Les 2 fromages sont en effet similaires, autant au niveau gustatif qu’au niveau de leur aspect orangé. Le munster désignant traditionnellement le pendant alsacien, tandis que le géromé est quant à lui le pendant vosgien. L’étymologie de « Géromé » étant ni plus ni moins que le nom dialectal de Gérardmer. La similitude est telle que l’Appellation d’Origine Contrôlée – AOC – depuis 1969, comme l’Appellation d’Origine Protégée – AOP – depuis 1996, rassemblent les 2 dénominations.

Le « munster-géromé » AOC et AOP, un fromage à pâte molle et à croûte lavée, est fabriqué avec du lait cru et frais de race vosgienne, qui sont conduites dans une région principalement herbagère. « Son goût est directement influencé par la richesse des arômes du lait des prairies vosgiennes. En bouche, il est moins fort qu’il n’y paraît et reste fin » précise le ministère de l’Agriculture sur son site internet, sur la page dédiée au munster-géromé.

L’origine – monastique – du munster-géromé remonterait au XIVe siècle, lorsqu’il a été fabriqué pour la première fois. « Sa notoriété est nécessairement indissociable des fondateurs de la ville de Munster, moines venus d’Irlande ou d’Ecosse au VIIe siècle qui encouragèrent l’élevage du bétail sur les montagnes pauvres du versant alsacien des Vosges, ainsi que la production des laitages. A l’époque, la région qui produisait un beurre délicieux était réputée pour sa production d’un fromage gras au lait entier, à pâte souple et crémeuse et à l’odeur persistante que l’on appelait munster » précise également le ministère de l’Agriculture.

Et même si la saison du munster-géromé s’étend de juin à novembre, beaucoup de ses amateurs le dégustent en hiver et au printemps. Que ce soit fondu sur des pommes de terre, dans une quiche, une tourte ou des omelettes !

J.J.

0 commentaire

Laisser un commentaire